St Nicolas

Le 5 décembre, les Pays-Bas fêtent la St Nicolas, comparable à Noël pour les enfants en France.

Dans un pays à la culture calviniste, j’ai l’impression que, même si la société pousse à la surconsommation, la St Nicolas est moins synonyme d’orgie de cadeaux que Noël en France. J’ai cherché des chiffres et il semblerait qu’en France, une personne reçoive en moyenne pour 106€ de cadeaux de Noël et aux Pays-Bas, pour 75€. En général, les Néerlandais choisissent de fêter la St Nicolas s’ils ont des jeunes enfants et de fêter Noël si les enfants ont grandi. C’est donc soit l’un, soit l’autre.

Dans ma belle-famille, avec notre huit-ans qui croit encore, nous avons donc fêté la St Nicolas ce week-end. Oui, avant la date, le Néerlandais est pragmatique. Comme beaucoup de familles néerlandaises, nous pratiquons le« lootjes trekken », traduire le tirage au sort. Cette pratique est tellement commune que des développeurs y ont vu un nouveau marché et ont créé des sites Internet, où l’on peut s’inscrire, indiquer les noms des participants et leur adresse électronique. Ainsi, le tirage au sort se fait automatiquement. Mais tirage au sort de quoi ? Chaque participant doit faire un cadeau à une seule personne tirée au sort. Nous avons fixé une limite de 15€ par personne.

Dans la tradition néerlandaise, il faut faire une liste d’envies. Sur ces sites Internet, le participant remplit sa liste et le site propose directement des liens vers des boutiques en ligne pour « faciliter » les achats. N’oublions pas qu’un service gratuit est forcément un service dont l’utilisateur est le produit. Les Néerlandais étant pratiques, on s’offre alors un tournevis, un seau de nourriture pour chevaux, une paire de chaussettes, des recharges de stylo (j’avoue, ces dernières était sur ma liste, je commence à être vraiment bien intégrée). L’idée est également d’écrire un poème. Il n’est pas ici question de se prendre pour Arthur Rimbaud ou Thomas Vinau, les poèmes de la St Nicolas obéissent à des règles strictes : il faut raconter l’année de la personne en rime et le résultat est en général un texte de niveau CE2. Le format est tellement fixe qu’il existe également des sites Internet qui peuvent générer automatiquement un poème. Donc le principe est sympathique, mais finalement on reçoit un cadeau pratique que l’on a choisi soi-même le tout accompagné d’un texte pré-écrit. Moi j’aimerais mieux ne rien recevoir d’autre qu’un joli haïku en 17 pieds.

A la maison aussi St Nicolas est passé. La question s’est posée de savoir comment faire plaisir tout en respectant nos valeurs, ne pas gâter à outrance, mais se plier, un peu mais pas trop, à la croyance, à la pression sociale, aux comparaisons de cadeaux dans la cour de récréation – et à l’injonction marketing- que plus on est sage, plus on reçoit de cadeaux. Nous avons également expliqué à notre huit-ans, que nous les adultes avions écrit une lettre à St Nicolas en lui demandant d’apporter plus de cadeaux à d’autres car nous, nous n’avions besoin de rien. D’ailleurs des initiatives fleurissent en ce sens. Il est possible de ne plus acheter mais d’échanger des jouets. De même, Greenpeace propose une petite boite de RIEN. Un montant est alors versé à l’association.

Même si nous avons essayé d’en faire une belle fête pour la petite, la journée s’est terminée avec des larmes. Le soir même, un de ses cadeaux à l’obsolescence programmée, était déjà cassé. J’ai ressenti de la tristesse et de la colère contre toutes ces entreprises aux produits fabriqués par des enfants esclaves, transportés dans des cargos ultra polluants et qui font pleurer une petite fille qui se sentira coupable d’avoir endommagé son jouet dès le premier soir alors qu’elle le manipulait délicatement. La St Nicolas pourrait être jolie et poétique, mais finalement même cette magie-là n’opère plus sur les enfants alors j’ai presque hâte que l’année prochaine elle ne croit plus, qu’elle comprenne que c’est un jeu dont le seul véritable but est d’apporter de l’attention à ceux que l’on aime en préparant une jolie surprise, en écrivant un beau poème sans règles et avec son cœur, car le plus important est de profiter d’être ensemble.

Lire aussi : Surprises

St Nicolas a apporté un poème, une lettre en chocolat, des kruidnootjes (traduire de petits biscuits aux épices) et une mandarine. Malheureusement, il a oublié d’emporter la carotte pour son cheval Amerigo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s