F59

Aux Pays-Bas, le vélo est un moyen de transport. Les locaux l’utilisent pour aller travailler, pour faire les courses, pour se rendre à leurs clubs de sport, pour aller au collège (les bus scolaires n’existent pas et les collégiens vont à l’école à vélo même si le premier établissement est à 8km!), pour emmener les bébés à la crèche (avec un triporteur ou un maxi-cosy sur le porte-bagage). Les Néerlandais prennent leurs vélos dans les transports en commun, derrière leurs voitures ou leurs caravanes. Les pizzas sont livrées en vélo.

Bref, pour 17 millions d’habitants, le pays compte 19 millions de vélos en état de marche, y compris le mien qui, les premières années, n’était de sortie que de rares dimanches d’été. Les promenades dominicales n’avaient rien de l’Alpe d’Huez, mais avec une petite de 22kg dans le siège enfant, le vent de face sur la digue, j’ai connu des moments difficiles, accentués par les mamies qui me doublaient, le mocassin beige Ecco léger sur la pédale. Depuis, j’ai appris que les mamies trichaient : leurs vélos sont électriques. De plus en plus de Néerlandais optent pour ce type de vélos. Cela permet d’augmenter de 30% la distance parcourue. Et les mamies peuvent narguer les jeunes mamans.

A l’exception de ces rares sorties, je prenais toujours ma voiture, rongée par la culpabilité : je suis pour les changements de notre mode de vie qui a un impact néfaste sur notre environnement. Mais voilà, on a des routines et on négocie comme on peut avec son quotidien. La voiture était ma routine.

Depuis quelques mois, j’ai la chance de pouvoir ralentir mon rythme de vie. Dès mars ou avril, je suis remontée en selle presque tous les jours pour aller à l’école, pour faire des courses et juste pour le plaisir. Car une fois passée la phase des courbatures, j’ai vraiment commencé à y prendre goût, voire même, à y être accro. Grâce à de nombreuses semaines de temps sec, le vélo est devenu ma routine.

Puis un soir de juillet, durant une fête, une copine m’a demandé : « tu es à vélo ? ». Prendre le vélo pour sortir le soir … euh non, pas encore. Je lui ai renvoyé la question sachant pourtant qu’elle habite une petite ville à 20 km du lieu de la fête. Bien sûr qu’elle était à vélo : « Avec la F59, c’est facile !».

La F59 ? Une voie rapide pour vélo qui longe plus ou moins l’autoroute A59, d’où son nom : F de Fiets (=vélo), et 59. Il s’avère que cette piste cyclable de 20 km d’asphalte rouge venait d’être inaugurée, est éclairée la nuit et traverse une zone de nature protégée. Je m’y suis rendue – en voiture j’avoue – et j’ai découvert que je pouvais rouler sur un petit tronçon à condition de « me comporter en invité », me précisait le panneau. Les regards courroucés derrière les lunettes multifocales m’ont d’ailleurs rappelé ma juste place d’humble automobiliste.

Lors de la construction de cette piste cyclable, les néerlandais ont respecté l’un des principaux habitants de la zone, le Pélobate Brun : un crapaud. Des tunnels ont été prévus sous la route pour permettre à l’amphibien de traverser sans terminer en crêpe.

La rentrée puis l’automne sont arrivés. J’ai ressorti écharpes et gants, mais je ne me lasse pas du plaisir de bouger tous les matins à la fraiche, de sentir le vent sur mon visage, d’essuyer une larme de froid, de commencer ma journée avec une belle énergie.

Hier matin, j’ai bien sûr emmené les enfants à l’école à vélo. La pluie est arrivée dans la journée et nous sommes rentrés, rincés. Je me suis demandé si j’étais prête à m’équiper d’un poncho pour continuer à respecter mes principes et si, ainsi accoutrée, j’allais autant apprécier le vélo. En séchant mes lunettes avec le bas de mon T-Shirt, j’ai conclu que je n’étais pas prête psychologiquement au poncho.

Et puis hier soir, j’ai vu une vidéo de Ludivico Einaudi jouant du piano au milieu de l’Océan Arctique avec pour accompagnement les craquements des icebergs.

Ce matin, je me suis renseignée pour des ponchos !

f59_odHooge Heide, zone traversée par la F59

3 réflexions sur “F59

  1. J’adore !!! J’ai hâte de lire la suite… tes textes pleins de fraîcheur et d’authenticité me permettent de m’évader du quotidien l’espace d’un instant. J’en veux encore!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s