Au régime

L’approche des grandes vacances aux Pays-Bas s’accompagne de fêtes ou spectacles de fin d’année, de clôture de saison, de pot de remerciement ou de barbecue de départ. J’ai le sentiment qu’en cette période une angoisse face aux agendas vides en été s’installe. Il en résulte une surcompensation.

Ainsi parmi les festivités, on retrouve l’incontournable et internationale fête de l’école.

En parfaite mère indigne, les années paires nous y allons, les années impaires nous passons notre tour. Chance pour moi, cette année est … impaire. Mais heureusement pour l’école, des parents plus zélés affluaient dès la sortie à 14 heures pour installer buvette, sono et jeux. (Lire aussi mon article sur le bénévolat: Relever ses manches).

Chaque année l’objectif est de récolter un maximum d’argent pour un projet bien défini : l’achat d’iPad, l’installation de buts de foot. L’école a longtemps pratiqué le sponsoring. Les enfants faisaient du porte-à-porte dans leur quartier pour se faire parrainer. Le jour de la fête, ils devaient courir sous un soleil de plomb et le résultat était proche de la maltraitance, tout cela pour quelques euros par enfant.

Depuis deux ans, l’école a remplacé la course par une vente aux enchères de services offerts par le personnel de l’école. L’année dernière il était possible d’enchérir pour un lot comprenant la venue de Richard et Ingeborg (le Directeur et son adjointe) chez vous, pour vous préparer un dîner et vous apporter des conseils (non sollicités) quant à la décoration de votre intérieur. En enchérissant sur un autre lot, vous pouviez avoir la visite de Wendy (la maîtresse des Groupe 6) pour vous lire une histoire avant de vous coucher. Il était bien précisé que ce lot était exclusivement réservé aux enfants, détail d’importance quand on connait la crinière sexy de cette belle brune.

Cette année impaire, j’ai donc échappé à la musique hurlante, aux encouragements du commissaire-priseur en costume clownesque et aux jeux traditionnels néerlandais comme celui qui consiste à plonger la tête dans une bassine pour y attraper avec la bouche des bonbons qui reposent au fond. Je précise que l’eau n’est pas rafraîchie de la soirée.  

En revanche, le lendemain, le samedi, j’ai répondu présente à la journée de clôture de la saison du hockey. Cent soixante petites de neuf ans se retrouvent pour un tournoi de hockey mais pas que. Elles étaient déguisées sur le thème du cirque cette année, ainsi nos danseuses de corde ont affronté des cracheuses de feu dans une course de sac, puis elles ont été sauter sur l’immense château gonflable avec des jongleuses et des tigres. Toutes les heures, elles pouvaient aller chercher d’abord une barbe-à-papa, puis une glace et enfin du pop-corn. Outre l’organisation sans faute par le club qui accueillait le tournoi (organisation à nouveau dans les mains de bénévoles), les parents semblaient parfaitement rodés à l’exercice. On sentait bien l’engouement néerlandais pour le camping. (Lire : Sur les gencives). Chaque équipe s’était choisi une table ou un coin de pelouse et chacun avait sorti du sac des couvertures de pique-nique, des boissons, des tupperware. Puis chaque parent a commencé à tartiner de crème solaire les peaux blondes. Il faisait tout de même vingt degrés. J’ai montré la couleur de mon bras et celle de ma fille. J’ai reçu des regards lourds de reproches, et encore, ils ne savaient pas que j’avais fait la fête de l’école buissonnière la veille. Je les observais: aucune communication préalable n’avait été nécessaire, tout tournait. Je me suis aperçue que je ne connaissais pas encore tous ces codes.

Le dimanche, notre neuf-ans se rendait au spectacle de danse de ses copines, le mercredi nous allions manger des crêpes avec l’équipe de hockey pour vraiment clore la saison, le jeudi le grand avait la sortie scolaire et comme nous étions légèrement en manque d’activités sociales, le samedi nous avons fêté l’anniversaire de notre neuf-ans avec ses copines, au bord d’un lac avec bateau, bouées géantes et brochettes de fraises.

Ces festivités sont conviviales mais leur accumulation sur une période tellement courte nous fait presque frôler l’indigestion. C’est peut-être pour nous faire encore plus apprécier les vacances.

Les semaines à venir, je vais me mettre au régime, un régime qui consistera à reprendre le contrôle sur ce qui me nourrit autant socialement, qu’émotionnellement et intellectuellement. Et vous, ça vous tente ?

Biographie et contact

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s